bacterie maladie noscomiale

Qu’est-ce qu’une maladie nosocomiale ?

Les infections nosocomiales se définissent comme toute maladie contractée pendant la période d’hospitalisation d’un patient. Elles peuvent se manifester pendant son hospitalisation ou après sa sortie de l’hôpital. Pour porter ce nom, ces infections doivent être liées à une hospitalisation ou à une intervention à l’hôpital.

Facteurs favorisant la propagation des infections nosocomiales

Les maladies nosocomiales sont courantes, car l’hôpital est un environnement dans lequel de nombreuses personnes sont malades et souvent soumises à une antibiothérapie ou à des traitements invasifs. Les principaux facteurs pouvant causer une affection nosocomiale sont les suivants: 

  • Le déséquilibre de la flore bactérienne de la peau et de l’organisme, généralement due à l’utilisation d’antibiotiques
  • L’affaiblissement du système immunitaire des personnes hospitalisées
  • Les procédures invasives telles que la pose d’un cathéter, la pose de sondes, les biopsies, les endoscopies ou les interventions chirurgicales, qui brisent la barrière protectrice de la peau.
Antibiothérapie
Le mauvais usage des antibiotiques peut provoquer un déséquilibre de la flore bactérienne de l’organisme et ouvrir la porte à des infections bactériennes.

En règle générale, les micro-organismes qui causent les pathologies nosocomiales ne causent pas de maladies dans d’autres situations, car ils exploitent l’environnement dépourvu de bactéries concurrentes et l’affaiblissement du système immunitaire pour s’installer. 

En dépit du fait qu’elles soient inoffensives dans la majorité des cas, les bactéries hospitalières causent des pathologies graves et difficiles à traiter, car elles résistent mieux aux antibiotiques. Il est généralement nécessaire d’utiliser des antibiotiques plus puissants pour traiter ce type d’affections.

Les agents pathogènes à l’origine des maladies nosocomiales

La probabilité qu’une telle affection se produise dépend en partie des caractéristiques des microorganismes, notamment leur résistance aux antimicrobiens, leur virulence intrinsèque et la quantité de matériel infectieux (inoculum).

Un grand nombre de bactéries, virus, champignons et différents parasites peuvent provoquer des infections nosocomiales.

Les maladies nosocomiales peuvent être causées par un microorganisme contracté auprès d’une autre personne à l’hôpital (infection croisée) ou la flore du patient (infection endogène). Elle peut provenir d’un objet inanimé ou de substances nouvellement contaminées.

Avant l’introduction des pratiques d’hygiène de base et des antibiotiques, les maladies nosocomiales étaient principalement dues à des agents pathogènes d’origine externe ou ils étaient causés par des micro-organismes extérieurs à la flore normale des patients. 

Les progrès réalisés dans le traitement des maladies bactériennes avec des antibiotiques ont considérablement réduit la mortalité due à de nombreuses maladies infectieuses. 

Aujourd’hui, presque toutes les pathologies nosocomiales sont causées par des micro-organismes courants dans la population générale (Staphylococcus aureus, staphylocoques à coagulase négative, entérocoques et Entérobactéries).

Les infections nosocomiales les plus courantes

Les types d’infections nosocomiales les plus courantes comprennent la pneumonie, les infections urinaires, les infections de la peau et les infections sanguines.

La pneumonie contractée à l’hôpital est généralement grave, surtout chez les personnes hospitalisées qui ont des difficultés à avaler. Certaines des bactéries les plus courantes dans ce type de pneumonie sont: Klebsiella, Enterobacter, Pseudomonas, Acinetobacter, Staphylococcus aureus, Legionella, Mycoplasma et certains types de virus. 

L’infection urinaire à l’hôpital se produit surtout lors de l’utilisation d’une sonde urinaire pendant la période d’hospitalisation. Les bactéries les plus impliquées comprennent: Escherichia coli, Proteus sp., Pseudomonas aeruginosa, Klebsiella sp. Enterobacter sp., Enterococcus faecalis et des champignons tels que Candida sp.

Les infections cutanées sont très courantes pour les raisons suivantes: injections, cicatrices chirurgicales, biopsies ou formation d’escarres. Certains des microorganismes à l’origine de ce type d’affection sont: Staphylococcus aureus, Klebsiella sp., Proteus sp., Enterobacter sp., Serratia sp., Streptococcus sp. et Enterococcus sp.

L’infection sanguine appelée septicémie survient généralement après l’infection d’une région du corps qui finit par se propager dans la circulation sanguine. Ce type d’infection est grave, et si elle n’est pas traitée correctement, elle peut entraîner une défaillance de plusieurs organes et un risque de décès. Tous les agents infectieux peuvent se propager dans la circulation sanguine. Parmi les plus courants figurent Escherichia coli, Staphylococcus aureus, Staphylococcus epidermitis et Candida sp.

bacterie maladie noscomiale
Les maladies nosocomiales se manifestent pendant ou après un séjour à l’hôpital. Les bactéries en cause profitent de la faiblesse du système immunitaire ou de l’absence d’autres bactéries pour induire des infections.

Comment prévenir les infections nosocomiales ?

Il est essentiel que les patients connaissent l’importance du lavage des mains dans la prévention des infections. Le lavage des mains est une mesure sanitaire à laquelle le personnel médical et les membres de la famille des patients doivent se conformer, car il empêche la propagation des bactéries. Si vous allez rendre visite à un patient malade, vous devez vous laver les mains et après tout contact avec lui. Il est également important d’éviter de passer trop de temps à l’intérieur des installations.

L’OMS recommande de se laver les mains dans cinq situations, à savoir :

  • avant tout contact avec le patient
  • avant d’effectuer des tâches nécessitant une asepsie
  • après tout type d’exposition aux fluides corporels du patient
  • après tout type de contact avec le patient
  • après un contact avec les surfaces de l’unité patient

Un programme de contrôle des infections consiste fondamentalement en des mesures telles que :

  • hygiène des mains
  • désinfection de l’environnement
  • mise en œuvre de mesures d’isolement
  • prévention des infections en chirurgie
  • utilisation rationnelle des antibiotiques

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *